Travaux

Dr. Raphaël Musseau (PhD)
BioSphère Environnement
52 quai de l’Estuaire
F – 17120 Mortagne-sur-Gironde
E-mail : r.musseau[at]biosphere-environnement.com

Travaux de recherche

L’essentiel de mon travail est centré sur l’étude des fonctionnalités des écosystèmes : définition des ressources exploitables par les espèces sur les espaces qu’elles exploitent. Un important volet de mes travaux concerne les fonctionnalités écologiques des espaces exploités par des espèces ou populations d’oiseaux en mauvais état de conservation ou méritant une vigilance accrue et la définition de logiques et de scénarios de conservation ou de restauration de ces fonctionnalités dans le contexte du changement global (changement climatique, pertes d’habitats par effet de l’élévation du niveau marin, pollutions organiques ou métalliques…).

Ces différents travaux m’amènent en particulier à travailler sur les paramètres démographiques des populations (évolution des tailles de populations, survie, dispersion…), les stratégies d’occupation spatiale des organismes (typologie d’habitats exploités) ou leur condition sanitaire. L’ensemble de ces problématiques implique en particulier des suivis démographiques développés à partir de travaux de type capture-marquage-recapture, des suivis d’individus à l’aide d’émetteurs radio ou de balises satellitaires et à la mise en œuvre de différents types de prélèvements (plumes, sang, graisse…) pour la recherche de polluants et des recherches d’indicateurs de stress environnementaux.

L’ensemble de mon travail s’inscrit dans les domaines de la biologie de la conservation et du développement durable des territoires. Dans ce cadre, j’assiste en particulier les gestionnaires d’espaces (Conservatoire du Littoral, collectivités territoriales…) dans le développement de stratégies de conservation et de gestion des enjeux biodiversité avec le souci de la durabilité. Depuis 2010, je travaille en particulier sur l’estuaire de la Gironde (Charente-Maritime) où je développe et dirige des travaux visant : 1 – à définir les fonctionnalités des zones humides littorales pour des cortèges d’oiseaux spécifiquement attachés à ces espaces (communauté des passereaux paludicoles…) ; 2 – à évaluer les effets de perturbations / contraintes telles que l’élévation du niveau marin sur les fonctionnalités écologiques de ces espaces ; 3 – à définir et à évaluer des scénarios de compensation des pertes d’habitats observés ou à prévoir inhérentes aux changement global (perturbation du régime hydrosédimentaire des espaces littoraux…).

En sus de ces différents programmes et de leur valorisation auprès de la communauté scientifique, au travers de publications de vulgarisation, de conférences ou d’expositions produites sur la base des résultats de mes travaux, je m’attache également à développer un travail de médiation permettant à un large public d’envisager les richesses du patrimoine naturel au même titre que les richesses patrimoniales telles qu’habituellement définies. Cette démarche dans laquelle je m’investis depuis de nombreuses années vise à contribuer à ce que la conservation de la biodiversité puisse être considérée comme ayant autant de sens que la conservation du patrimoine culturel de l’humanité.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :